Οι δάσκαλοί μου: Gréco Pierre (1927-1988)


Brillamment reçu à l’agrégation de philosophie, Pierre Gréco appartient au petit groupe de très proches collaborateurs non genevois de Jean Piaget qui ont accompagné celui-ci tout au long de l’aventure du Centre international d’épistémologie génétique. Tous ceux qui l’ont connu ont pu apprécier son humour et sa grande finesse d’esprit et de langage. Gréco a été l’assistant de Piaget dès 1952, dans le cadre des cours de psychologie que celui-ci donnait à la Sorbonne. Dans les années qui suivent la création du Centre, en 1955, il participera de la manière la plus étroite aux recherches qui y sont entreprises, d’abord celles sur l’apprentissage des structures logiques élémentaires, puis celles sur la genèse des conduites numériques. Les écrits qu’il rédige pour les Etudes d’épistémologie génétique sont de véritables modèles pour la recherche en psychologie génétique dans la mesure où, plus que tout autre, Gréco parvient à allier un questionnement épistémologique et psychologique fécond et subtil avec une méthodologie très rigoureuse d’enquête empirique. Dès le milieu des années soixante, il se consacrera de plus en plus à l’enseignement qu’il donne à l’Ecole pratique des hautes études à Paris, ce qui ne l’empêchera nullement de garder d’étroits contacts avec les chercheurs genevois.

Si Gréco est l’un des rares chercheurs en psychologie génétique qui connaissait et pouvait exposer sans les déformer les thèses psychologiques et épistémologiques de Piaget, il possédait par ailleurs un esprit critique lui permettant de ne pas ignorer les difficultés soulevées par la théorie classique du développement cognitif telle qu’elle ressort des travaux des années quarante et cinquante.

L’attention première portée par Piaget à la mise en évidence des structures opératoires l’avait conduit à laisser dans l’ombre les questions théoriques liées à des problèmes tels que celui des décalages horizontaux. Pourquoi, par exemple, les enfants résolvent-ils plus tard les épreuves de conservation du poids par rapport à celle de la substance? Certes Piaget et Inhelder suggéraient des pistes pour répondre à ce type de question dans leurs travaux classiques sur la genèse des principes de conservation chez les enfants. Mais en raison de la priorité accordée à la problématique de la genèse des structures opératoires, ces pistes restaient alors en friche.

Gréco a très tôt souligné l’intérêt qu’il y aurait à se pencher sur les questions de signification des contenus, puisque c’est à ce niveau que l’on devrait pouvoir trouver des explications plus complètes au problème des décalages. D’un autre côté, il a également très tôt suspecté que le recours aux modèles de groupement et de groupe pour rendre compte des compétences logiques des enfants devrait être reconsidéré, dans la mesure où des structures autres que celles détectées dans les recherches classiques pourraient intervenir dans la résolution par l’enfant des problèmes intellectuels rencontrés lors de son développement. Piaget lui-même a d’ailleurs admis cette nécessaire ouverture lorsque, sous la pression de Garcia, il a fini par engager des recherches sur la logique des significations.

Cependant, c’est dès ses recherches sur le nombre réalisées au centre dans les années cinquante que Gréco avait manifesté une ouverture par rapport aux anciennes analyses structurales. Sa découverte du «nombre-quotité», sorte d’intermédiaire entre le nombre empirique ou perceptif des enfants les plus jeunes, et le nombre comme quantité opératoire, construit par les enfants de sept-huit ans environ, en est l’illustration. Mais si Gréco avait su garder son esprit critique par rapport aux thèses classiques de la psychologie et de l’épistémologie génétiques, ce n’était pas pour adopter les thèses des multiples écoles néo-piagétiennes qui ont fleuri un peu partout dès les années septante. La préface au livre de J. Bideaud sur «Logique et bricolage» (1988) manifeste une ironie et une causticité sans réserve face à des tentatives souvent trop sommaires de dépasser les lacunes de la psychologie génétique classique.

Πηγή: http://www.yrub.com/psycho/grecopierre.htm

Συγγραφικό έργο:
  • 1959. (J. Piaget & P. Gréco). Apprentissage et connaissance. Paris: Presses univ. de France. (EEG 7)
  • 1959. (J. Piaget & M. Goustard, P. Gréco, B. Matalon). La logique des apprentissages. Paris: Presses univ. de France.
  • 1960. (J. Piaget & P. Gréco, J.-B. Grize, S. Papert). Problèmes de la construction du nombre. Paris: Presses univ. de France.
  • 1962. (J. Piaget & P. Gréco et A. Morf. Paris). Structures numériques élémentaires. Press Univ. de France.
Présentation 

Cet ouvrage est l’une des rares publications de la collection des Etudes d’épistémologie génétique pour lesquelles Piaget n’a pas écrit de chapitre. Il contient le chapitre de Pierre Gréco sur «Quantité et quotité» dans lequel celui-ci expose les résultats montrant comment, avant de parvenir à la conservation opératoire du nombre les enfants peuvent affirmer que celui-ci se conserve, quand bien même la quantité numérique varie! Trois autres chapitres rédigés par Gréco ou par Morf rapportent la découverte chez l’enfant des propriétés numériques de connexité et de commutativité, ainsi qu’une analyse génétique des conduites et notions de partition numérique.
  • 1963. (J. Piaget & L. Apostel, J.-B. Grize, S. Papert). La filiation des structures.Paris: Presses universitaires de France.
  • 1963. (J. Piaget & P. Gréco, B. Inhelder, B. Matalon). La formation des raisonnements récurrentiels. Paris: Presses universitaires de France.
  • 1964 (avec T. Vinh Bang, P. Gréco, J.B. Grize et al.). L’épistémologie de l’espace. Paris: Presses universitaires de France.
  • 1967. (J. Piaget & Magali Bovet, Pierre Gréco, Seymour Papert et Gilbert Voyat). Perception et notion du temps. Αvec une introduction de J. Piaget. Paris: Presses universitaires de France.

Επίσης:

PÉDAGOGIE: Les problèmes de l’éducation scolaire. Encyclopaedia Universalis.

ARCHIVES DE PSYCHOLOGIE, Hommage à Pierre GRECO, Ed. Méd. et Hygiène, Genève, 1990, (juin, vol. 58, n° 225)

Ce numéro spécial d’hommage à P. Greco (trop tôt décédé, à 61 ans, en l988), membre éminent de «la grande famille des épistémologues piagetiens» (B. Inhelder) a, parmi ses nombreux mérites celui de nous valoir quelques textes de riche facture de G.G. Granger, de G.Vergnaud et de nombre d’autres. C’est surtout l’article de J.B. Crize («Mais, au fond qu’est-ce que raisonner ?«) que l’on doit ici privilégier, puisqu’il restaure et éclaire ces «quantités de façons» de raisonner que révèlent l’abduction et la transduction (au-delà du couple classigue décluction-induction). Une contribution implicite à l’atelier MCX III que le programme MCX nous fera bientôt retrouver.

ÉCRITS EN HOMMAGE À PIERRE GRÉCO
Un psychologue dans le 20e siècle (1927 – 1988), Portrait polyphonique coordonné par Daniel Gilis

Se déployant sur le temps d’une vie et sur l’espace d’une œuvre, ces Écrits veulent honorer la mémoire d’un psychologue du développement cognitif de l’enfant qui était l’un des plus talentueux de sa génération, et qui hélas a disparu trop tôt.
Avant tout livre d’amitié, célébration joyeuse, cet ouvrage présente, dans une première partie des témoignages (lettres, souvenirs) sur diverses périodes jalonnant l’itinéraire intellectuel et scientifique de Pierre Gréco. Enfant de parents immigrés italiens, né à Marseille, Pierre Gréco fut un élève et un étudiant brillant. Au lycée Thiers, en khâgne de philosophie, ses camarades et ses professeurs pressentaient pour lui un destin philosophique à la manière d’un nouveau Jean-Paul Sartre. Entré en 1946 à l’École normale supérieure dans la section Lettres, où tout en étant le dynamique président du Comité des fêtes de l’École il se fait remarquer par son aura sociale et intellectuelle. Reçu 1er ex aequo au concours de l’agrégation de philosophie en 1949, sa vocation de philosophe semblait être scellée. Pourtant il n’est pas devenu philosophe, ayant fait le choix d’une discipline, certes tout aussi exigeante, mais moins prestigieuse à savoir la psychologie, dont on sait qu’elle fut l’enfant rejeté du cercle des sciences par le père du Cours de Philosophie Positive, Auguste Comte.
Les textes de la seconde partie de l’ouvrage, dont certains explorent ce que fut l’activité d’enseignant et de chercheur de Pierre Gréco, montrent toutefois qu’il fut un psychologue important par ses contributions scientifiques en psychologie génétique. Apprécié de ses étudiants, il a également par son enseignement suscité certaines vocations de chercheurs à la Sorbonne où il exerça à plusieurs reprises ainsi qu’au Centre International d’Épistémologie Génétique à l’Université de Genève, dirigé par l’un des grands maîtres de la psychologie de l’enfant, Jean Piaget, et à la Sixième section de l’École Pratique des Hautes Études (future EHESS). Élu directeur d’études en 1968 à l’EHESS, avec cette modestie intellectuelle qui le caractérisait, Pierre Gréco sera jusqu’à la fin de sa vie un chercheur hors pair et un passeur d’idées exceptionnel.
Avec en toile de fond ses allusions à un certain “Zeit Geist” politique, culturel, intellectuel et scientifique portant sur près d’un demi siècle, cet ouvrage veut réactiver le souvenir d’un homme de science qui appartient légitimement à la longue liste de ceux qui ont marqué l’histoire de la psychologie en France. Ces Écrits s’adressent bien sûr à la communauté des psychologues, aux historiens de la psychologie, aux spécialistes des sciences de l’éducation, aux enseignants et à leurs formateurs, mais aussi à un plus large public intéressé par les questions touchant à la psychologie du développement cognitif et des apprentissages, à la pédagogie, à la didactique, à l’éducation.

 

Advertisements

Σχολιάστε

Εισάγετε τα παρακάτω στοιχεία ή επιλέξτε ένα εικονίδιο για να συνδεθείτε:

Λογότυπο WordPress.com

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό WordPress.com. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Twitter

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Twitter. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Facebook

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Facebook. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Google+

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Google+. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Σύνδεση με %s