Οι δάσκαλοί μου: André Revuz (1914 – 2008)


André Revuz, professeur honoraire à l’université Paris Diderot (Paris 7)

Vidéo d’une conférence donnée par André Revuz à l’IREM de Paris 7 le 15 novembre 2006.

Journée d’hommage à André Revuz (ajout du 3 mars 2010)

Le Laboratoire de didactique André Revuz (ex-Didirem) organise le 26 mars 2010 à l’Université Paris Diderot – Paris 7 une journée en hommage à André Revuz, professeur honoraire, décédé le 27 octobre 2008.

 

Affiche de la journée André Revuz

Témoignage de René Cori

J’ai la grande tristesse de vous annoncer le décès d’André Revuz, professeur honoraire à l’université Paris Diderot (Paris 7) survenu le 27 octobre.

Tout au long de sa carrière, André Revuz aura mis son immense énergie et ses grands talents conjugués de mathématicien et de pédagogue au service de l’enseignement des mathématiques.

Il a été un des artisans de la création des IREM, il y a tout juste quarante ans, et a été le fondateur et le premier directeur de l’IREM de Paris. Après son départ à la retraite, il était resté un inlassable militant de l’enseignement des mathématiques, n’hésitant jamais à venir encourager ceux à qui il avait transmis le flambeau.

Ainsi, tout récemment encore, dans une remarquable conférence à l’IREM de Paris, il avait apporté un précieux témoignage sur les intenses discussions sur l’enseignement des mathématiques qui ont marqué la deuxième moitié du vingtième siècle. Nous avions encore eu le plaisir de le voir en mars dernier aux Grands Moulins de Paris, dans les nouveaux locaux de l’université Paris 7, où il avait tenu à venir à la rencontre de classes de lycées, collèges et écoles qui avaient participé à un concours consacré aux mathématiques qu’organisaient l’IREM et l’APMEP.

André Revuz voulait un enseignement des mathématiques de haute qualité pour tous les élèves, et avait prouvé que ce n’était pas une utopie. Il s’est toujours battu avec détermination pour qu’existe une formation des maîtres à la hauteur de cette exigence. Son combat est plus que jamais d’actualité.

La disparition d’André Revuz est une grande perte pour la communauté de l’enseignement des mathématiques.

Il est certain que de nombreux hommages lui seront rendus prochainement.

Vous pouvez prendre connaissance du message que vient de rendre public Guy Cousineau, président de l’Université Paris Diderot.

Je signale aussi les entretiens avec André Revuz que Michèle Artigue avait réalisés il y a un an, disponibles sur CultureMath.

Témoignage de Michèle Artigue, President of ICMI

André Revuz, who has been a member of the Executive Committee of the International Commission on Mathematical Instruction (ICMI) at the time of the Presidency of Hans Freudenthal (1967-1970), and certainly one of his closest collaborators in that EC, passed away on October 27th . Beyond his role in ICMI at a crucial time of its history — when the necessity of  considering mathematics education as a genuine field of research and practice emerged, when the first ICME Congress in Lyon in 1969 was organized and the journal «Educational Studies in Mathematics» created — André Revuz has played a major role in mathematics education in France.
All along his life, he has put his remarkable energy and talent at the service of mathematics education, deeply convinced that mathematics could be and had to be made accessible to all students. Strongly engaged in the New Math movement, member of the «Commission Lichnerowicz» in charge of curricular reform, he became soon convinced of the crucial role played by teacher preparation and continuous professional development. He was thus one of the builders of the IREMs (Institutes of Research in Mathematics Education) from 1969, an original university structure in France where professional mathematicians, teachers, mathematics educators and historians work together, and where from the beginning research and practice, as well as research and teacher training, have been tightly connected. He became the first director of the IREM Paris 7 in 1969 and made this IREM a leading
institution in the national network. In 1975, he was also one of the builders of the first master and doctorate programs in the didactics of mathematics in France, and strongly supported the institutional acknowledgement of research and researchers in that area at a time most university mathematicians were reluctant to do so. And, even after retiring, he never stopped to be the tireless militant of the cause of mathematics education that he had been all along his career, he never lost his capability of rebelling against positions or curricular decisions that he considered damaging for mathematics education. In 2002, then nearly 90, he engaged himself in the creation of a collective called «ActionSciences», grouping teacher associations and academic societies representing the different scientific domains, and acting for mathematics and science education of high quality for all students.

I personally met André Revuz for the first time when I entered the École Normale Supérieure where he was teaching Analysis and Topology. Some years later, as I had been recruited in the mathematics department at the University Paris 7, he proposed me to join the IREM team on a part time basis, and then to organize with two other colleagues the teaching of mathematics in a new experimental elementary school attached to the IREM. This was how I began to engage in research in mathematics education. From that time, he has always supported my research work in that area, encouraged me to prepare a Doctorat d’État, and smoothed the way to it. He will remain for me my father in the field, and a person to whom I vow the greatest admiration. I have interviewed him last year on the occasion of the centennial of ICMI and those who understand French can access this interview on the historical website about ICMI (http://www.icmihistory.unito.it/).

 

Témoignage d’André Deledicq

André Revuz aimait les mathématiques et voulait qu’on les enseigne bien.

Mais surtout, il nous aimait, il aimait discuter avec nous et cela se sentait.

On avait l’impression qu’il considérait comme un devoir moral et impérieux de partager, d’échanger et de défendre inlassablement la qualité du dialogue qu’il avait avec les autres.

Car il ne voulait pas transiger sur la qualité de l’éducation et il ne supportait pas les manquements à l’intelligence qu’il pointait avec constance et passion ; cela le mettait en colère, mais c’était toujours une saine colère.

Il a mis sur la voie un nombre impressionnant d’entre nous, des jeunes « agrégibles » de 68 à tous ceux qu’il a entraînés dans la grande aventure des IREM.

Car il savait mettre sur la voie ; par son enthousiasme, par sa rigueur intellectuelle, par sa disponibilité et son humanité. On pouvait être en désaccord avec lui, il acceptait le débat avec joie, il réfléchissait honnêtement et il faisait réfléchir. Sans lui, beaucoup d’entre nous ne serions pas ce que nous sommes ; il nous a vraiment « formés », un peu à son image, un peu contre son image, à la façon d’un vrai maître qui respecte l’élève et qui sait lui montrer l’exemple sans lui imposer l’imitation.

J’ai eu le privilège d’être son successeur ; j’ai eu la chance qu’il m’accompagne de ses conseils et de ses soucis, qu’il me laisse faire mes essais et mes erreurs, qu’il me donne la leçon qu’il savait si bien donner, celle qui est de mettre sur la voie en suggérant : vas-y, si tu le fais avec rigueur et intelligence, tu ne risques que quelques erreurs, ce n’est rien, tu auras appris quelque chose.

Cette façon de solliciter l’intelligence des autres, pour qu’ils trouvent eux-mêmes la voie, il prenait le plus grand plaisir à la mettre en œuvre avec les enfants : combien de fois l’avons-nous vu, dans une classe, incitant les élèves à s’engager et à avancer leurs idées, avec leurs armes pour traquer la contradiction et essayer d’aboutir à un accord collectif !

Pour tout ce que tu as fait en nous, pour tous ces souvenirs, André Revuz, merci, merci. Mais, quand même, tu sais, aujourd’hui, c’est difficile pour nous ; et la peine que nous avons nous fait venir des larmes partout, et dedans surtout.

André Revuz – Un siècle d’enseignement des mathématiques, video

Laboratoire de Didactique André Revuz – Mathématiques, physique, Chimie

Andre Revuz (1914 – 2008), par Michele Artigue, Francois Colmez, Aline Robert

 

Advertisements

Σχολιάστε

Εισάγετε τα παρακάτω στοιχεία ή επιλέξτε ένα εικονίδιο για να συνδεθείτε:

Λογότυπο WordPress.com

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό WordPress.com. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Twitter

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Twitter. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Facebook

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Facebook. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Google+

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Google+. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Σύνδεση με %s